Comment le Carrefour City de Livry a divisé par deux ses impôts en donnant ses invendus ?

Partenaire de Phenix depuis 2022, Maël Mahieux – gérant de deux magasins Carrefour City – a pu diviser par deux le montant de ses impôts. Il revient sur les avantages de sa collaboration avec Phenix.

Aviez-vous mis en place des solutions pour réduire votre casse avant de travailler avec Phenix ? 

Oui, nous faisions des paniers anti-gaspi avec un autre partenaire mais nous ne faisions pas de don car trop compliqué d’un point de vue logistique (les associations qui ne passent pas, les papiers à récupérer, etc..) de se lancer sans accompagnement.

Pourquoi avez-vous décidé de travailler avec Phenix ? 

C’est un collègue qui m’a parlé de Phenix quand je lui ai dit que je cherchais à faire don de nos invendus à des associations. Je ne connaissais pas Phenix avant. On travaille ensemble depuis 10 mois maintenant. 

Comment se traduit l’accompagnement de Phenix ?

Phenix gère tout de A à Z, au niveau logistique et administratif. Si une association ne passe pas, Phenix s’en occupe. Et nous avons la garantie que tout est en règle.

Sur la partie administrative, Phenix fait un suivi mensuel des dons et nous dit où l’on doit s’améliorer. Il s’assurent aussi que tout est conforme au niveau réglementaire.

En quoi êtes-vous satisfait de notre partenariat ? 

Je préfère donner nos invendus plutôt que de les jeter. Et puis cela représente un avantage économique non négligeable grâce à la réduction fiscale. Sur les 7 000€ d’impôts que je paie pour le magasin, cette année je vais récupérer environ 3 500€, cela représente une économie d’impôts de 50%. Ce n’est pas négligeable.

Que diriez-vous à vos collègues pour parler du service Phenix ?

Simplicité ! Et facilité administrative. C’est un vrai gain de temps de pouvoir déléguer tout cela.

Concernant les paniers surprise, comment êtes-vous organisés ? 

Nous faisons des paniers surprise les jours où il n’y a pas de don aux associations. C’est une solution complémentaire du don car cela permet de ne pas jeter les jours où il n’y a pas d’association.

Ces jours-là, nous faisons 2 ou 3 paniers surprise. Quasiment tout se vend : nous avons un taux de vente de plus de 90%. Sur l’année cela représente un chiffre d’affaires d’environ 1 500€. 

Et qu’en est-il de vos équipes ?

Ils ont eu une super formation au début du partenariat avec Natalia (Coach anti-gaspi Phenix). Aujourd’hui, ils ont parfois encore un peu de mal à s’organiser entre les jours où il y a du don et ceux où il y a des paniers, mais ça vient !

Et quand ils ont une question, par exemple pour savoir si nous pouvons ou pas donner un produit , ils appellent Natalia.

Dans la gestion de vos invendus

No Comments »

Comment le U Express Nantes Lafayette économise 24 000€ par an sur ses invendus ?

C’est avec un double objectif solidaire et économique qu’en 2016, le U Express Nantes Lafayette a entamé un partenariat avec Phenix. Face à la hausse des coûts des déchets mais aussi à la précarité alimentaire grandissante, ce magasin ultra urbain a souhaité aller plus loin dans sa démarche anti-gaspillage. Aujourd’hui, il met en place deux solutions avec Phenix : le don régulier aux associations, et la vente de paniers anti-gaspi. Résultat : il économise sur ses invendus 24 000€/an.

L’impact financier de la démarche anti-gaspi du U Express Nantes Lafayette

Grâce au don aux associations et à la vente de paniers anti-gaspi sur l’appli Phenix, le magasin valorise 80% à 90% de sa casse. Selon les rayons, les performances varient : là où le rayon frais atteint des taux de revalorisation élevés, il reste encore une marge de progression côté ELDPH. Mais globalement, le magasin ne cesse de s’améliorer.

Aujourd’hui, la vente de paniers anti-gaspi rapporte 4 500€ de chiffre d’affaires annuel et le don, autour de 19 000€. Soit une économie de 24 000€ au global. A cela s’ajoute une baisse de la facture déchets du magasin suite à une réduction notable du volume de déchets.

Le rôle de Phenix dans la démarche anti-gaspillage du magasin

Depuis 2016, Phenix aide le U Express Nantes Lafayette à optimiser le processus de don. Tant sur le plan de la contractualisation que sur la relation avec les associations, Phenix agit comme un facilitateur.

Phenix a également un rôle d’accompagnateur du magasin dans sa démarche globale. Chaque mois, un suivi chiffré est fourni ainsi qu’un tableau de bord permettant aux équipes d’identifier les rayons sur lesquels agir en priorité. A partir de ces bilans, un plan d’action est mis en place dès le mois suivant.

Aujourd’hui, la démarche anti-gaspillage du magasin est pleinement incorporée dans le quotidien des équipes.

Et après ?

Désormais, le U Express Nantes Lafayette souhaite aller encore plus loin et atteindre un taux de valorisation de sa casse de 90% sur tous ses rayons. Le magasin souhaite aussi davantage communiquer auprès de sa clientèle et mettre en avant ses engagements. C’est pourquoi, il passera l’audit du label anti-gaspillage fin 2023 !

Dans la gestion de vos invendus

No Comments »

Comment le Carrefour Market de Vaulx-en-Velin réalise 12 000€ d’économies par an grâce à la gestion de ses invendus ?

Publié le 13/06/2023

Malgré la mise en place de deux solutions anti-gaspi : le don ponctuel aux associations et le stickage des produits en date courte, le magasin peinait à réduire significativement le volume de ses invendus. Avec Phenix, le Carrefour Market de Vaulx-en-Velin avait comme objectifs de structurer le don aux associations et d’économiser de l’argent grâce à une meilleure gestion de ses invendus.

La démarche de gestion des invendus du Carrefour Market de Vaulx-en-Velin

Gestion des invendus : quels résultats pour le magasin ?

Grâce à l’accompagnement de Phenix, le Carrefour Market de Vaulx-en-Velin réalise aujourd’hui 12 000€ d’économies par an. Ses équipes ont bénéficié d’une formation aux règles du don et ont développé une culture de l’anti-gaspi très forte permettant d’aller toujours plus loin dans la démarche de valorisation des invendus.

Quelles solutions de gestion des invendus ?

Afin de réduire considérablement le volume de ses invendus, le Carrefour Market de Vaulx-en-Velin a fait appel à Phenix pour mettre en place deux solutions complémentaires à sa démarche : 

Le don aux associations

Phenix a organisé le passage d’associations locales 3 fois par semaine. Le magasin effectue aujourd’hui 25 000€ de don aux associations par an. Une solution qui lui permet à la fois d’aider des associations locales et leurs bénéficiaires, mais également de bénéficier de réductions d’impôts intéressantes.

Les paniers anti-gaspi

Chaque jour le magasin met en ligne 4 paniers de produits en date courte sur l’application Phenix. Depuis leur mise en place, ces paniers connaissent un fort succès puisque le magasin connait un taux de vente de 98%. Cette solution lui permet de récupérer du chiffre d’affaires complémentaire.

Les équipes se sentent suivies. Elles ont désormais cette culture de l’anti-gaspi. Le fait d’être accompagné par Phenix est un réel plus.

Carlos Nunes, Directeur

Dans la gestion de vos invendus

No Comments »

Comment le E.Leclerc de Saint-Grégoire a obtenu 3 étoiles au label anti-gaspi grâce à Phenix

Publié le 01/03/2023

Depuis 2015, le E.Leclerc de Saint-Grégoire – magasin de 7 700m² situé en périphérie de Rennes – est engagé dans une démarche de lutte contre le gaspillage alimentaire avec Phenix. Aujourd’hui, notamment grâce au don de ses invendus à des associations d’aide alimentaire et à des professionnels animaliers, le magasin a considérablement réduit son taux de casse nette, qui s’élève désormais à seulement 0,21% de son chiffre d’affaires. Des efforts qui lui permettent de devenir l’un des premiers magasins labellisés anti-gaspillage !

La vente en dates courtes, un bon plan pour les consommateurs

Aujourd’hui 26% des denrées en date courte du point de vente sont vendues à petits prix aux consommateurs directement en rayon ou via l’application Phenix. Une façon d’éviter de jeter des produits encore bons et de faire gagner du pouvoir d’achat aux consommateurs. Le magasin et ses clients réalisent ainsi de belles économies !

Le don aux associations, l’axe solidaire du Label anti-gaspillage

Cela fait presque 8 ans maintenant que le E.Leclerc de St Grégoire fournit chaque jour une association locale. Chaque matin, les produits en date courte sont écartés des rayons par les collaborateurs et donnés aux bénévoles des associations. Parmi les produits les plus courants : des produits frais comme des yaourts, des salades mais aussi des fruits et légumes et des plats préparés.

Grâce aux outils mis à disposition par Phenix, les équipes du magasin sont désormais capables de garantir un respect des règles de don, une traçabilité des produits, et de leur éviter la case poubelle. Aujourd’hui, ce ne sont pas loin de 20 000 repas par mois qui sont sauvés ! De quoi marquer quelques points pour devenir l’un des premiers magasins labellisés anti-gaspillage 😉

Le don aux professionnels animaliers pour tendre vers le zéro déchet alimentaire

Pour compléter sa démarche anti-gaspillage, le E.Leclerc de St Grégoire a mis en place avec Phenix, un partenariat avec des professionnels animaliers. L’objectif : revaloriser des produits qui ne peuvent plus être consommés par l’Homme et se rapprocher du zéro déchet alimentaire.

Ainsi, plusieurs fermes locales se fournissent directement auprès du magasin pour nourrir leurs animaux. Le magasin redistribue notamment l’équivalent de 6 poubelles par semaine à un éleveur de cochons et l’équivalent d’un repas par jour aux 30 chiens d’un propriétaire d’une meute en bordure de Rennes.

Fraîchement labellisé avec une très très bonne note de 166 points sur 172, le Leclerc de Saint-Grégoire ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Et Phenix est là pour épauler et accompagner les équipes dans ce sens !

Pour le diagnostic comme pour l’audit

No Comments »

Que pensent les français du label national anti-gaspillage alimentaire?

Notre étude menée en partenariat avec Yougov France en août 2021 révélait que les Français.e.s plébiscitent de plus en plus les actions anti-gaspi de leurs commerçants. En 2023, le Ministère de la Transition Ecologique s’apprête à lancer le Label national anti-gaspillage alimentaire pour les acteurs de la grande distribution, les grossistes et les métiers de bouche. C’est pourquoi nous avons voulu savoir ce que les Français.e.s en pensent. Et la réponse est claire : 84% d’entre eux souhaitent privilégier un magasin récompensé par un label anti-gaspillage !*

Les Français.e.s sensibles aux actions anti-gaspillage de leurs magasins

En 2021, notre enquête révélait que les Français.e.s accordent une grande importance aux engagements anti-gaspillage pris par les magasins : 

  • 97% des consommateurs s’accordent à dire que la vente à petits prix sur les produits ayant une date de péremption proche est une bonne initiative. A la fois contre le gaspillage, et pour faire des économies. 
  • D’autre part, 79% des personnes interrogées sont favorables à la vente de paniers d’invendus à petits prix sur des applications mobiles. 
  •  70% des consommateurs aimeraient en savoir plus si le magasin qu’ils fréquentent réalise des dons à des associations d’aide alimentaire.
  • Enfin – et surtout – 84% des Français.e.s souhaitent privilégier un magasin récompensé par un label anti-gaspillage.

Les Français.e.s sont de plus en plus conscients des enjeux environnementaux et inquiets pour leur pouvoir d’achat. Ils portent donc un fort intérêt aux actions que les magasins mettent en place pour lutter contre le gaspillage. C’est un véritable encouragement pour tous les commerçants à s’investir dans l’anti-gaspi ! 

Les français et le label national anti-gaspillage

Le label national anti-gaspillage alimentaire plébiscité par les consommateurs

En 2023, la France sera le premier pays à lancer un label “magasin anti-gaspillage” pour réduire le gaspillage dans la grande distribution. 

L’objectif de ce label : récompenser les points de vente les plus performants dans la réduction du gaspillage alimentaire. Après audit, les magasins pourront être certifiés – ou non, et à différents degrés – pour leur engagement anti-gaspi. Ce label doit aider les consommateurs à s’orienter en priorité vers les magasins qui se placent dans une démarche concrète.

“C’est une bonne initiative ! Ce label va encourager tous les acteurs du secteur alimentaire à s’engager !« 

Bien qu’encore méconnu du grand public, le label fait l’unanimité auprès des Français interrogés. Ainsi, pour les consommateurs, c’est une opportunité supplémentaire pour les magasins de prendre des engagements concrets contre le gaspillage alimentaire. Mais aussi une façon de mieux orienter leurs choix, et de consommer en plus grande conscience.

Solidarité et pouvoir d’achat au cœur des préoccupations des consommateurs

“J’irai faire mes courses dans un magasin qui a le label !”

Si les consommateurs sont aussi favorables à ce label, c’est principalement pour deux raisons. La première, pour la priorité qui est donnée au don aux associations d’aide alimentaire dans la gestion des invendus. Pour une grande partie des Français.e.s, la solidarité doit faire partie de la solution au gaspillage. Ainsi, donner à ceux qui n’ont pas assez et lutter contre la précarité alimentaire est indispensable pour prétendre agir contre le gaspillage. En période de crise sociale et économique, les Français.e.s attendent des magasins qu’ils soient exemplaires et solidaires envers les plus démunis

Ensuite, dans un contexte de forte inflation, les consommateurs sont plus que jamais à la recherche de bons plans et de prix bas. La mise en place de rayons “anti-gaspi” et l’utilisation d’applications de revente de paniers d’invendus à petits prix sont de vraies solutions plébiscitées par la majorité des répondants. Pour un grand nombre de consommateurs, lutter contre le gaspillage est aussi le signe d’une baisse des prix via les promotions en rayon ou les applications telles que Phenix. 

Un magasin labellisé est un magasin solidaire et moins cher. Pour ces deux raisons, les consommateurs seraient prêts à en changer pour un point de vente certifié par le label !

*Etude en ligne réalisée par Phenix avec YouGov en France, auprès de 1008 personnes représentatives de la population française. Le terrain a été réalisé du 28 au 29/01/21

No Comments »

Nouvelle réglementation sur la vente des œufs, quels changements pour les distributeurs ?

Cocorico ! La France est le premier producteur d’œufs en Europe, et 99% des Français.es en consomment. Revers de la médaille : sur environ 15 milliards d’œufs produits par an, une trop grande partie est gaspillée. C’est en partie la faute d’une réglementation particulièrement sévère sur la date limite de vente des œufs. Pour limiter ce gaspillage démesuré, la Commission Européenne a modifié la réglementation sur la vente des œufs en décembre dernier. Mais alors qu’est ce que ça change pour vous concrètement en magasin ?

Pas de DLC ou DDM (anciennement DLUO), les œufs ont une DCR

Vous le saviez peut-être, l’œuf est le seul aliment qui possède sa propre méthode de calcul de date de péremption. Pas de DLC, ni de DDM (anciennement appelée DLUO), mais une DCR : date de consommation recommandée. Celle-ci est fixée à partir du jour de ponte. Un œuf est considéré extra frais jusqu’à 9 jours après sa date de ponte, puis comme frais jusqu’à 28 jours.

Pour lutter contre le gaspillage, la réglementation sur la vente des œufs évolue et autorise la vente des œufs jusqu’à la DCR

On refait le point. La loi dit que qu’un œuf est considéré comme “frais” jusqu’à 28 jours après la date de ponte. Mais elle disait aussi qu’un œuf devait être retiré des rayons au maximum 21 jours après sa date de ponte. Autrement dit, 7 jours avant que l’œuf ne soit considéré “périmé” par sa DCR, il ne pouvait plus être ni vendu ni donné à des associations.
Le 8 décembre 2022, la Commission Européenne a remis un peu de bon sens dans tout ça. Elle a publié dans le journal officiel de l’UE un règlement délégué changeant la réglementation sur la vente des œufs et autorisant leur vente jusqu’à 28 jours après la date de ponte. Désormais, les œufs peuvent donc être vendus et/ou donnés à des associations jusqu’à la date inscrite sur l’emballage, au même titre que tout autre produit !

Cette nouvelle réglementation sur la vente des œufs est une bonne nouvelle pour la lutte contre le gaspillage et la précarité alimentaire !

Ce changement de réglementation sur la vente des œufs est une très bonne nouvelle pour les distributeurs. Elle l’est aussi et surtout pour la lutte contre le gaspillage et la précarité alimentaire. En effet, l’allongement de la période de vente jusqu’à la DCR permettra aux distributeurs d’éviter de jeter des tonnes d’œufs encore consommables. C’est un pas non négligeable vers l’objectif de réduction du gaspillage fixé par la loi AGEC !

Au-delà de la vente en rayons, les distributeurs pourront également donner ces œufs à des associations d’aide alimentaire jusqu’à la date indiquée sur l’emballage. Une très bonne nouvelle pour les associations qui manquent cruellement de produits de première nécessité pour leurs bénéficiaires.

Grâce à cette décision de la Commission Européenne, environ 9 milliards d’œufs pourraient être sauvés de la poubelle soit plus de 4 milliards d’omelettes !

Et si la Date de Consommation Recommandée (DCR) est dépassée ?

Attention, passés 28 jours après la ponte, les œufs ne sont plus ni vendables ni donnables à une association. Cela reste formellement interdit par la loi.

Test du verre d'eau

Il est toutefois possible de vérifier sa consommabilité à la maison. Une astuce simple permet de savoir si un œuf est toujours bon, même après sa DCR. Pour en avoir le cœur net, testez la méthode du verre d’eau !

No Comments »

Label anti-gaspillage alimentaire : Tout ce que vous devez absolument savoir

En ce début d’année 2023, le label anti-gaspillage alimentaire entre en vigueur pour les acteurs de la grande distribution, les grossistes et les métiers de bouche. Initié par la loi AGEC, ce label d’Etat viendra récompenser les points de vente les plus performants dans la réduction du gaspillage alimentaire, sur la base d’un audit réalisé par un organisme certificateur agréé. On vous aide à y voir plus clair sur les objectifs du label, l’audit et les critères de certification.

Le label anti-gaspillage alimentaire, c’est quoi ?

Suite à l’adoption de la loi AGEC en février 2020, le Ministère de la Transition Écologique a initié la création d’un label d’Etat anti-gaspillage alimentaire. Ce label a été cocréé par le Ministère et différentes parties prenantes : acteurs de la grande distribution, représentants d’intérêt, associations d’aide alimentaire, l’ADEME, organismes certificateurs agréés et entreprises spécialisées dans la valorisation des invendus alimentaires comme Phenix. 

Ce label a pour vocation d’identifier et valoriser les magasins qui se placent dans une démarche anti-gaspillage concrète. Il doit également mieux orienter les consommateurs vers les magasins qui ont une démarche responsable et engagée. 

D’abord déployé auprès des acteurs de la grande distribution, des grossistes et des métiers de bouche qui le souhaitent, le label sera étendu à la restauration collective en 2024 puis à tous les autres acteurs de l’agroalimentaire toujours sur la base du volontariat. 

Pourquoi un label national anti-gaspillage alimentaire ?

Chaque année, la France détruit 10 millions de tonnes de nourriture, ce qui correspond à 16 milliards d’euros en valeur marchande selon l’Ademe. La grande distribution – même si elle n’est pas la principale responsable du gaspillage alimentaire en France (elle représente 14% de ce gaspillage) – a un rôle à jouer pour aider le gouvernement à atteindre son objectif de 50% de réduction du gaspillage alimentaire à l’horizon 2025. 

D’autre part, le label anti-gaspi répond à une attente des consommateurs qui demandent davantage de transparence de la part des distributeurs. Selon une étude de YouGov pour Phenix, réalisée en août 2021, 84% des Français privilégieraient une enseigne récompensée d’un label anti-gaspillage plutôt qu’une autre. Et 52% des Français déclarent que les enseignes devraient améliorer leur lutte contre le gaspillage alimentaire.

Gestion des invendus

A quoi sert le label anti-gaspillage alimentaire ?

Le label anti-gaspillage alimentaire répond à 3 objectifs principaux : 

  • Valoriser la démarche RSE du magasin. Le label récompensera les magasins à hauteur de leurs engagements en faveur de la lutte contre le gaspillage alimentaire. Plus un magasin met en place des solutions concrètes, plus son niveau de certification sera important. 
  • Récompenser le travail des équipes. Pour que les actions de lutte contre le gaspillage soient efficaces, le magasin a besoin de l’implication de toutes ses équipes. Obtenir le label c’est mettre en valeur tout le travail effectué par celles et ceux qui sont au plus près des produits. 
  • Répondre à une attente des consommateurs qui veulent que leurs magasins soient exemplaires en termes de lutte contre le gaspillage

Comment obtenir la certification ?

Pour obtenir la certification, le magasin devra passer par deux étapes :

L’auto-diagnostic

Il s’agit d’un prérequis à l’obtention du label. Le magasin doit faire état de ses actions de lutte contre le gaspillage alimentaire afin de définir ensuite un plan d’action. Ce diagnostic peut être réalisé par le magasin lui-même, ou bien par une entreprise extérieure experte du gaspillage alimentaire, comme Phenix. 

L’audit

Une fois le diagnostic effectué, le magasin se fait auditer par un organisme certificateur agréé (liste prochainement disponible sur le site du Ministère de la Transition Ecologique). Cet audit se base sur 17 critères répartis en 4 catégories présentées ci-après. 

Pour le diagnostic comme pour l’audit

Quels critères sont évalués ?

Le référentiel du label permet d’identifier les sources de gaspillage tout au long du cycle de vie du produit.

Au total, 17 critères sont retenus, répartis en 4 grandes catégories : 

  • Des critères transversaux qui évaluent la performance globale du point de vente en matière de lutte contre le gaspillage alimentaire
  • Des critères portant sur l’approvisionnement, l’achat et la fabrication des denrées alimentaires
  • Des critères concernant la commercialisation des denrées alimentaires
  • Des critères ayant trait à la gestion des invendus : notamment le don auprès des associations caritatives et le don en alimentation animale

Chaque critère se décline en 3 niveaux de maturité qui apportent plus ou moins de points au magasin audité. Ces niveaux de maturité sont basés sur la fréquence et le degré de maturité du process évalué. 

Important : le label ne pourra être accordé que si deux critères incontournables sont respectés

  • Le taux de casse du magasin ne doit pas dépasser un certain seuil
  • Le don aux associations caritatives doit être priorisé dans la gestion des invendus du magasin. La qualité du don est un point très important pour obtenir le label !
Le don aux associations d'aide alimentaire

Les niveaux de certification du label anti-gaspi

Une fois l’audit passé, le magasin recevra une note qui déterminera s’il obtient le label ou non. Il apparaîtra alors dans la liste des établissements labellisés sur le site web du Ministère de la Transition Écologique.

S’il est obtenu, le label offre 3 niveaux de certification possibles :

  • 1 étoile : le niveau Engagement
  • 2 étoiles : le niveau Maîtrise
  • 3 étoiles : le niveau Exemplaire 

Retrouvez toutes les infos dans notre article dédié aux 3 niveaux de certification du label anti-gaspillage.

Il est important de noter que les magasins qui obtiennent le niveau 1 – Engagement, sont des magasins réellement impliqués dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. 

Combien de temps la certification est-elle valable ?

Le label a une validité de 3 ans. Cela signifie que tous les 3 ans, le magasin doit passer un nouvel audit auprès d’un organisme certificateur. En plus de cela, il devra passer des audits de contrôle pour confirmer qu’il maintient effectivement son niveau d’engagement. 

A noter : le label évalue la progression des magasins. Lors de l’audit de renouvellement, au bout de 3 ans le magasin devra améliorer son score. Dans le cas contraire, il s’expose à un niveau de certification moindre, voire à la perte du label. 

Accompagnement Phenix label anti-gaspi

Comment Phenix peut vous aider ?

Vous avez besoin d’aide pour obtenir le label ? Mettez toutes les chances de votre côté et faites-vous accompagner par Phenix !

Grâce à un service clés en mains, maximisez vos chances d’obtenir la certification. Phenix réalise pour vous le diagnostic préalable à l’audit, identifie les axes d’amélioration de vos filières anti-gaspi et vous aide à mettre en place des actions concrètes pour vous améliorer. Enfin, nous prenons en charge la totalité de la constitution du dossier audit.

Un gain de temps et de sérénité non négligeable pour votre magasin ! 

Phenix c’est aussi une expertise terrain sur tout le cycle de vie du produit. Depuis 2014, nos équipes accompagnent près de 2 000 points de vente à gérer leur casse et pertes alimentaires. Nous savons parfaitement analyser et gérer la casse des magasins, un vrai plus pour vous accompagner dans votre auto-diagnostic et tout au long de l’audit.

En plus, nous connaissons très bien le label, puisque nous avons contribué à la création de son référentiel avec le Ministère de la Transition Écologique.

No Comments »

A quoi correspondent les 3 niveaux de certification du label anti-gaspillage?

Début 2023 le label anti-gaspillage prévu par la Loi AGEC entrera en vigueur et pourra être obtenu par les acteurs de la grande distribution après audit. Ce label, basé sur 17 critères répartis en 4 catégories, offre 3 niveaux de certification possibles. Une façon de valoriser une démarche d’amélioration continue des points de vente sur le sujet du gaspillage alimentaire. Une étoile, deux étoiles, trois étoiles : à quoi correspondent 3 niveaux de certification du label anti-gaspillage ? On vous éclaire. 

Comment obtenir le label anti-gaspi ?

Le label anti-gaspi concernera, début 2023, les acteurs de la grande distribution, des métiers de bouche, des grossistes et du « cash and carry ». A travers celui-ci, le Ministère de la Transition Ecologique vise à récompenser les acteurs qui agissent concrètement contre le gaspillage.

Pour l’obtenir, deux étapes à suivre de la part des acteurs de la grande distribution. Chaque point de vente devra : 

  • Réaliser un diagnostic des actions déjà mises en place pour lutter contre le gaspillage.
  • Réaliser un audit par un organisme certificateur. Cet audit se basera sur le diagnostic effectué au préalable et évaluera 17 critères répartis en 4 grandes catégories. 

C’est à l’issue de l’audit que le point de vente pourra se voir attribuer (ou non) l’un des 3 niveaux de certification du label anti-gaspi, en fonction du nombre de points obtenus :

  • 1 étoile : le niveau 1 “Engagement”
  • 2 étoiles : le niveau 2 « Maîtrise »
  • 3 étoiles : le niveau 3 “Exemplaire”

Bon à savoir : Ce référentiel récompense la progression constante des points de vente. De cette façon, tous les 3 ans – à l’occasion de l’audit de renouvellement du label – si le score stagne ou diminue, le magasin se verra attribuer un niveau de certification moindre voire perdra le label anti-gaspi. 

Obtenir le label anti-gaspillage

Niveau 1 de certification du Label Anti-Gaspillage : le niveau “Engagement”

Avant toute chose, il est important de rappeler que tout point de vente qui obtient le label anti-gaspi, même au niveau “Engagement” est un point de vente qui met en place des actions concrètes de lutte contre le gaspillage alimentaire. Le label vient récompenser un engagement et un effort. Tout établissement certifié travaille donc véritablement en faveur de la lutte contre le gaspillage alimentaire ! 

Le niveau 1 “Engagement” vient attester de la prise de conscience du point de vente quant à son gaspillage alimentaire. Il certifie que celui-ci a initié une démarche et un plan d’action pour le réduire. 

L’établissement effectue par exemple des dons ponctuels aux associations d’aide alimentaire, assure un taux de casse raisonnable et a initié une démarche de rotation sur les produits frais. 

En résumé, le point de vente qui obtient le niveau 1 “Engagement” du label anti-gaspi est en mesure de démontrer son engagement pour la mise en place d’actions globales dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. 

Le niveau Engagement du label anti-gaspillage

Niveau 2 de certification du Label Anti-Gaspillage : le niveau “Maîtrise”

Les points de vente qui obtiennent ce niveau de certification mettent en place des actions ciblées et pérennes. Ils sont en mesure d’identifier de façon précise les sources de gaspillage et de proposer des indicateurs pertinents à suivre. 

Par exemple :

En résumé, le point de vente qui obtient le niveau 2 “Maîtrise” du label anti-gaspi est en mesure de démontrer des résultats probants et une démarche efficace dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. 

Le niveau Maitrise du label anti-gaspillage

Niveau 3 de certification du Label Anti-Gaspillage : le niveau “Exemplaire”

Le niveau 3 “Exemplaire” atteste de l’engagement total du magasin dans la réduction du gaspillage alimentaire. C’est-à-dire qu’il met en place une démarche complète et pérenne. Le taux de gaspillage est exemplaire, et ce, grâce à l’interprétation d’indicateurs précis et bien choisis. Les actions suivies sont pertinentes et de qualité. 

Au-delà d’un certain nombre de points obtenus lors de l’audit, le magasin peut se voir attribuer une mention spéciale. Cette mention est le signe que le point de vente place la lutte contre le gaspillage au cœur de ses préoccupations et de son plan d’action avec pour objectif d’atteindre le “zéro déchet alimentaire”.  

No Comments »

Pertes et gaspillages chez les commerces de proximité

Les pertes et gaspillages sont une préoccupation quotidienne pour les commerces de proximité !  C’est ce que révèle l’enquête menée par Phenix en partenariat avec l’institut Episto. 64% des commerces de proximité interrogés déclarent que les invendus sont une source d’inquiétude quotidienne. Et près d’un magasin sur deux estime que ces pertes ont lieu tous les jours ou presque.

Des commerçants prêts à agir

Alors que 74% des répondants ont mis en place au moins une action pour réduire les pertes et gaspillages, le manque de temps et d’expertise figurent parmi les principaux freins à la mise en place d’une démarche anti gaspi pour les commerces n’ayant pas pu sauter le pas.

57 % des commerces de proximité interrogés déclarent suivre des indicateurs clés pour identifier ces pertes, et 17% aimeraient le faire. Le volume d’invendus, le % de pertes sur les produits finis, ou encore la perte financière sont les indicateurs principalement suivis…

Parmi les magasins ayant mis en place au moins une action anti-gaspi, 47% proposent des paniers anti-gaspi à petit prix pour éviter les pertes. Une solution jugée efficace par les répondants pour valoriser les invendus du jour, les produits en dates courtes, et les produits abîmés…

Des applications mobiles, comme Phenix, permettent aux commerces de proximité de diffuser leurs annonces de paniers anti-gaspi aux consommateurs autour d’eux. Une solution numérique déjà adoptée par 15% des professionnels composant des paniers anti-gaspi.

En savoir plus sur les solutions anti-gaspi

Des spécificités propres à chaque commerce


Parmi les principales causes des pertes et gaspillages, les commerçants de proximité mentionnent en priorité la fluctuation de la demande client en boulangerie, le respect des normes d’hygiène en boucherie, les produits défraîchis pour les primeurs, les produits en date courte pour les magasins de proximité. 

Malgré des causes d’invendus spécifiques à chaque commerce, la majorité des professionnels confient tester un ensemble de solutions pour essayer de valoriser leurs invendus. Aucune solution unique ne sort du lot, une complémentarité de solutions est majoritairement citée.

Selon le type de commerce de proximité et les produits, les solutions anti-gaspi arrivant en tête des actions mises en place par les commerçants sont les paniers anti-gaspi et l’espace promotionnel dédié pour les boulangeries, le don aux salarié et vers l’alimentation animale pour les boulangeries patisseries, le don aux salariés ou client réguliers et les gestes commerciaux pour les primeurs, le stickage promotionnel en Boucherie et en magasin de proximité.

visuel de la vidéo présentant pertes et gaspillages vu par les commerces de proximité

Nos chiffres en vidéo, cliquez !

Trois sources de motivation majeures

L’insécurité alimentaire, l’environnement et les économies… Les répondants témoignent d’une volonté de ne pas gaspiller les ressources et produits finis, de s’inscrire dans une démarche responsable et solidaire, mais aussi d’équilibrer les possibles pertes financières.

🎙“ Pour justement éviter de jeter des produits encore consommables quand beaucoup ont des difficultés à acheter des fruits et des légumes.” Responsable de rayon – supermarché de proximité

🎙“ Permettre de quand même vendre certains produits à un prix plus bas afin de rembourser les matières premières.” Boulangerie patisserie indépendante artisan chef-e d’entreprise

🎙“ Coût de revient des matières premières, gâchis et faim dans le monde… beaucoup de monde ne mange pas à sa faim.” Boulangerie patisserie indépendante artisan chef-e d’entreprise

🎙 » Limiter le gaspillage est une obligation légale pour un commerce alimentaire, et pour limiter cet impact je gère au plus juste mes achats, mes stocks, je n’attends pas le dernier moment pour agir.” Artisan, chef d’entreprise – Primeur Bio ayant mis des actions anti-gaspillage

*Étude Phenix et Episto menée en mars 2022 rassemblant 215 répondants de 18 ans et + en France. (Boulangeries/primeurs/boucheries/magasins de proximité)  Collecte sur les réseaux sociaux par social sampling au sein de questionnaires conversationnels.

No Comments »

Recevez nos conseils anti-gaspi