Les marges des grandes et moyennes surfaces sont très variables en fonction des produits vendus. On fait le point sur les taux de marge, leur définition et leur calcul.

Taux de marge des grandes surfaces : définition et calcul

La marge en grande distribution se calcule en pourcentage : on parle donc de taux de marge.

Le taux de marge en grande distribution

Le taux de marge est le pourcentage de gain réalisé sur la vente des produits d’une entreprise. Elle se calcule en comparant les coûts de l’entreprise au chiffre d’affaires.

Le taux de marge correspond à la marge commerciale divisée par le coût d’achat. La marge commerciale, ou marge brute, se calcule en soustrayant le prix de vente au coût d’achat. Donc le taux de marge = (prix de vente – coût d’achat) / coût d’achat.

Marge brute, marge nette, quelle différence ?

Dans la grande distribution, on distingue les marges brutes des marges nettes.

  • La marge brute mesure la rentabilité brute d’une entreprise. Le calcul de la marge brute est la somme des ventes moins la somme des coûts d’achat.
  • La marge nette, ou marge d’exploitation, prend en compte l’ensemble des coûts d’une entreprise. Salaires, frais généraux, dépenses d’énergie… La marge nette est un bon indicateur de la rentabilité d’une activité.

Quelles marges en grande distribution ?

D’après l’INSEE, le taux de marge commerciale d’une grande surface varie peu. Il est généralement compris entre 16 et 20 %(1). Le taux de marge nette avoisine les 2 %. En revanche, il varie fortement en fonction des produits vendus.

Marges grandes distribution : de fortes variations selon les produits

Les marges pratiquées par les grandes surfaces sur le carburant sont très faibles, de l’ordre de 2 %. L’essence est souvent un produit d’appel pour attirer les clients.

Pour les produits non alimentaires, le taux de marge est compris entre 10 et 30 %. L’équipement informatique bénéficie souvent d’un faible taux de marge, alors que l’équipement de la maison ou les produits culturels avoisinent les 30 %.

marges grande distribution
La marge sur les fruits et légumes bio est souvent plus importante

Les taux de marge varient en fonction des distributeurs. Ils sont plus élevés dans les magasins spécialisés que dans les hypermarchés et les supermarchés. Toutefois, les grandes surfaces jouent sur les volumes et la rotation des produits pour réaliser des bénéfices. Ainsi, une baisse des prix dans les hypermarchés ne signifie pas forcément une baisse du chiffre d’affaires.

Taux de marge des produits alimentaires en grandes et moyennes surfaces

Parmi les denrées alimentaires, les taux de marge varient également beaucoup d’un rayon à l’autre.

Dans le rayon boulangerie, le taux de marge brute est important (autour de 60 %). En revanche, si l’on y soustrait les coûts qui lui sont liés (main d’oeuvre, énergie…), la marge nette est faible, voire déficitaire.

Certains produits de grande consommation bénéficient de marges très faibles. Une étude du Parisien sur les marges de la grande distribution, datant de 2019, a détaillé les taux de marges de certains produits. Ainsi, les produits qui ont les taux de marge les plus faibles sont des produits de grande marque « classiques ». Le café (2,8 %), le camembert (4,2 %), la pâte à tartiner de grande marque (9,2 %) sont des produits aux marges particulièrement faibles.

A l’inverse, certains produits connaissent des taux de marge supérieurs à 40 % : c’est souvent le cas des produits de marque distributeur, ou par exemple de l’eau en bouteille (44,7 %). Les produits bio, et les produits locaux, sont des articles sur lesquels les supermarchés réalisent souvent de fortes marges.

Les produits en rayon frais bénéficient souvent de marges moyennes à faibles. En effet, les denrées nécessitent une plus grande rotation en raison de leur fraîcheur. Leur date de péremption est plus courte que celle des produits d’épicerie. D’après l’étude du Parisien, le rayon volaille libre-service s’en sort plutôt bien, avecune marge nette de l’ordre de 10 %.

Le taux de marge dans les rayons fruits et légumes est de l’ordre de 20 % (selon l’Insee). Toutefois, la marge nette est plus faible en raison du fort taux de perte.

Diminuer la casse pour augmenter la marge

Dans un hyper ou supermarché, la casse (articles non vendus à leur prix normal) est estimé à 1 à 2 % du chiffre d’affaires, soit l’équivalent de sa marge nette ! Dans les rayons frais, la casse est plus importante, ce qui occasionne une perte nette pour le magasin qui ne peut pas vendre ses produits.

Il convient de mettre en place certaines stratégies pour diminuer la casse des produits frais. Les produits perdus ou jetés occasionnent des coûts pour le magasin (enlèvement des déchets), ce qui occasionne une baisse des marges.

Le don aux associations, la vente en date courte, les promotions et la lutte contre le gaspillage alimentaire permettent de diminuer la perte, donc d’augmenter les marges nettes pour les grandes surfaces.

(1) Etude Insee – marges grande distribution – 2015