Lorsque l’on gère un stock, que l’on soit un magasin, un entrepôt ou un producteur, il est important d’éviter les ruptures de stock. Pour cela, on doit identifier un stock d’alerte ; de quoi s’agit-il ?

Comment définir le stock d’alerte ?

Le stock d’alerte, ou stock critique, est le niveau de stock à partir duquel il faut se préoccuper de le renouveler. S’il est atteint, le gestionnaire de stock doit déclencher de nouvelles commandes auprès de ses fournisseurs. Le stock d’alerte doit permettre d’assurer les commandes des clients et de gérer les délais de livraison. Il doit donc bien être identifié, pour éviter les ruptures de stock mais également d’éviter les coûts de stockage liés au sur-stock.

Le stock critique : bien connaître son stock

Le stock critique doit être finement défini, car les ruptures de stock entraînent un mécontentement des clients et se traduisent par une perte de cette clientèle. Au contraire, prévoir trop de marchandises en stock n’est pas souhaitable non plus car cela entraîne des coûts de gestion.

stock alerte
A quel moment lancer un réaprovisionnement ?

Le gestionnaire de stock doit bien connaître ses fournisseurs et le délai de fabrication ou de livraison. S’il déclenche les commandes trop tardivement, le stock d’alerte risque de disparaître trop rapidement. D’où l’importance de bien maîtriser sa gestion de stock !

Comment calculer le stock d’alerte ?

Le stock d’alerte se calcule ainsi = stock minimum + stock de sécurité. Un stock minimum est le nombre minimal de produits qu’il est nécessaire d’avoir pour répondre à la demande des clients. Le stock de sécurité est un stock supplémentaire qui permet de faire face aux éventuels imprévus.

Il est nécessaire de calculer ces données en fonction de la période couverte par les délais de livraison.

Comment optimiser son stock d’alerte ?

Optimiser son stock d’alerte fait partie d’une démarche globale de bonne gestion de stock pour éviter d’avoir ni trop, ni trop peu. On peut mieux définir ses niveaux de stocks avec un recul d’un à deux an minimum sur son activité. En effet, la demande des clients peut varier d’une saison à l’autre.

A quel moment lancer les commandes ?

Cela se calcule en fonction des commandes (prévues ou anticipées) des clients et de la place nécessaire pour stocker les marchandises. Les niveaux de stocks d’alerte et le stock de sécurité peuvent être définis manuellement avec un nombre de marchandises (palette, tonnage…)

Une fois que le stock critique est atteint, il y a deux types de démarches :

  • soit le gestionnaire de stock lance « manuellement » les commandes auprès de ses fournisseurs ;
  • soit il travaille à l’aide d’un logiciel de gestion des stocks qui va déclencher automatiquement les commandes.

Quoi qu’il en soit, l’essentiel est de bien connaître son stock pour commander au moment opportun.