La valorisation par l’alimentation animale est l’une des solutions que nous proposons de plus en plus régulièrement à nos partenaires professionnels pour limiter le gaspillage. Elle consiste à donner les produits alimentaires invendus ou retirés des rayons à des acteurs travaillant avec des animaux (fermes, zoos, élevages). Ainsi vous contribuez à une économie circulaire tout en faisant des économies. C’est une solution rentable et durable pour valoriser les produits invendus.

Cet article rassemble tout ce que vous devez savoir concernant les réglementations en vigueur, les avantages financiers liés à cette démarche, ainsi que les étapes clés pour garantir la conformité sanitaire et réglementaire. Nous vous guiderons dans l’optimisation de votre processus de don d’invendus, afin de réduire votre gaspillage alimentaire tout en réalisant des économies significatives. Ce guide est là pour vous éclairer dans votre démarche et vous apporter notre expérience acquise auprès des 240 magasins que nous accompagnons sur le don pour l’alimentation animale.

Avantages Financiers du Don d’Invendus pour l’Alimentation Animale

Même si cette catégorie de don n’offre pas d’avantage fiscal comme le don aux associations, elle rencontre pourtant une forte demande du fait de son intérêt financier. En effet, en seulement 4 ans, les coûts liés à l’élimination, au traitement et à la collecte des biodéchets ont augmenté de 75%. Faisant ainsi progresser le prix de la tonne de 153€ à 268€. Cela s’est donc inévitablement répercuté sur la facture des enseignes de grande distribution, faisant de la gestion des déchets une problématique urgente.

Cette hausse est notamment due à l’augmentation des prix de l’énergie. Une tendance haussière qui devrait se prolonger sur les années à venir.

Bien qu’il existe de nombreuses solutions à mettre en place en amont, telles que la vente des produits en date courte à prix réduit ou le don à des associations caritatives, certains aliments, comme les fruits et légumes et les produits frais Trad, peuvent être difficiles à valoriser grâce à ces autres leviers. L’alimentation animale agit donc comme un filet de sécurité terriblement efficace. Actuellement, nous sommes capables de diminuer d’⅓ vos quantités de biodéchets en moins d’un mois. Et en quelques mois, c’est au moins 50% de ces derniers dont vous n’aurez plus à vous soucier. L’objectif affiché est au minimum de stopper rapidement la progression de vos coûts.

En outre, en adoptant cette démarche responsable, vous améliorez votre image de marque auprès de vos clients, de la communauté et des acteurs locaux. En montrant votre engagement envers la réduction du gaspillage alimentaire et la protection de l’environnement, vous attirez une clientèle sensible à ces valeurs et renforcez la fidélité de vos clients existants.

Les étapes clés pour optimiser votre processus de don d’invendus

En tant que leader européen dans la lutte contre le gaspillage alimentaire, Phenix propose une solution complète pour accompagner les magasins dans l’optimisation de leur processus de don d’invendus, afin de maximiser leurs avantages financiers. Voici ce que nous pourrions mettre en place pour votre magasin :

  1. Évaluation des produits : Nos experts vous assistent dans l’identification des produits invendus qui peuvent être destinés à l’alimentation animale, en prenant en compte les critères de sécurité alimentaire. Nous évaluons la typologie de produits, les dates de péremption, les conditions d’entreposage et d’autres facteurs pertinents.
  1. Contact avec les récepteurs : Nous mettons à votre disposition notre réseau de récepteurs agrémentés par les DDPP*, comprenant des associations, des éleveurs et d’autres organismes spécialisés. Nous vous aidons à établir des partenariats fiables pour assurer une collecte régulière et efficace.
  1. Traçabilité et documentation : Notre plateforme vous permet de gérer facilement la traçabilité des produits donnés. Vous pouvez enregistrer les dons effectués, y compris les dates, les quantités et les destinataires, tout en respectant les exigences réglementaires en matière de documentation. Toutes ces statistiques peuvent être suivies en direct grâce à votre interface.
  1. Formation du personnel : Nous proposons des formations sur mesure pour sensibiliser votre personnel aux bonnes pratiques du don d’invendus pour l’alimentation animale. Notre équipe d’experts transmettra les connaissances nécessaires pour une sélection rigoureuse des produits et une mise en place adéquate des procédures de séparation.
  1. Communication externe : Nous vous accompagnons dans la communication de votre engagement envers le don pour l’alimentation animale. Nous vous aidons à mettre en avant les avantages économiques et environnementaux de cette initiative auprès de vos clients et de la communauté locale, renforçant ainsi votre image de magasin responsable.

Avec Phenix, vous bénéficiez d’une solution complète et personnalisée pour optimiser votre processus de don d’invendus. En suivant ces étapes clés, vous pourrez réduire significativement votre gaspillage alimentaire tout en réalisant des économies conséquentes. Ensemble, nous contribuons à la construction d’un modèle économique durable et responsable.

Les produits concernés par la valorisation animale

  • Fruits et légumes frais, y compris ceux légèrement abîmés.
  • Produits laitiers tels que le lait, les yaourts, les fromages et les crèmes.
  • Produit frais Trad tels que les plats préparés, les UVCI et UVCM.
  • Produits traiteurs et produits issus des laboratoires boucherie, charcuterie, poissonnerie.
  • Produits de boulangerie et pâtisseries invendus.
  • Produits d’épicerie tels que les conserves, les céréales, etc.
  • Produits en rupture chaîne du froid
  • Produits avec un défaut d’emballage
  • Produits hors date de consommation

Il convient de noter que la liste des produits valorisables peut varier en fonction des réglementations spécifiques à chaque animal récepteur et des normes de sécurité alimentaire. Il est important de se conformer aux réglementations en vigueur et de travailler en collaboration avec des spécialistes de l’alimentation animale pour une valorisation appropriée des produits.

Cadre réglementaire

Obligations

La gestion des biodéchets est devenue une préoccupation majeure pour les entreprises, et de nouvelles réglementations ont été mises en place pour favoriser leur tri et leur valorisation. Jusqu’à présent, les structures produisant 10 tonnes ou plus de biodéchets par an étaient tenues de les trier. Depuis le 1er janvier 2023, ce seuil a été abaissé à 5 tonnes, conformément à la Loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire (article 88 de la loi n° 2020-105 du 10 février 2020). Et à compter du 1er janvier 2024, tous les producteurs de biodéchets, qu’ils soient professionnels ou particuliers, devront se conformer à cette obligation, quel que soit le volume de biodéchets qu’ils produisent. Cette évolution législative aura un impact significatif sur l’ensemble des magasins de la grande distribution, les incitant à mettre en place des systèmes efficaces de tri et de valorisation des biodéchets.

Réglementation complexe

La mise en place du don pour l’alimentation animale dans votre magasin requiert une bonne compréhension de la réglementation en vigueur afin de garantir votre conformité sanitaire et réglementaire. En effet, les exceptions sont très nombreuses et les cas particuliers plus complexes les uns que les autres. C’est pourquoi il est important d’être accompagné par des experts sur ces problématiques. En respectant ces exigences, vous évitez tout risque juridique et assurez la sécurité des aliments destinés à la consommation animale.

Les récepteurs

Ce sont des entités autorisées qui peuvent recevoir et utiliser les denrées destinées à l’alimentation animale. Les principaux récepteurs comprennent les élevages d’animaux, tels que les bovins, les porcs, les volailles et les poissons, qui utilisent ces aliments pour nourrir leurs animaux. Les refuges pour animaux, les parcs zoologiques et les centres de soins pour animaux sauvages peuvent également être des récepteurs pour certaines catégories de produits alimentaires. Il est important de noter que les récepteurs autorisés doivent respecter les réglementations en matière d’alimentation animale et garantir la sécurité et la santé des animaux destinataires. La collaboration entre les donateurs et les récepteurs est cruciale, c’est pourquoi il est important d’avoir un intermédiaire de confiance pour assurer une valorisation efficace et responsable des produits alimentaires.

L’exemple du Leclerc Les Herbiers

Grâce à la mise en place du don pour l’alimentation animale ainsi qu’aux projets comme l’optimisation du don aux associations, les paniers anti-gaspi ou encore la méthanisation, le Leclerc Les Herbiers a réussi à réduire ses biodéchets de 134 tonnes/an à seulement 5 tonnes. Cette initiative a permis à l’hypermarché de réaliser des économies de l’ordre de 32 000 € par an, tandis qu’un partenariat avec une unité de méthanisation locale a ajouté 5 000 € d’économies supplémentaires. Cette démarche responsable a renforcé l’image de marque de l’entreprise tout en soutenant des associations locales et en contribuant à la protection de l’environnement.

Une réussite exemplaire aux Herbiers

Grâce à la réduction drastique de ses déchets alimentaires, Leclerc Les Herbiers a pu faire des économies importantes tout en améliorant son impact environnemental.

“Il nous reste aujourd’hui très peu de produits dans notre bac biodéchets. Par exemple, des conserves cabossées, des contenants en verre, des produits périmés ou cassés, et également des retraits/rappels.” -Marjolaine Richard, Responsable Qualité.
Le magasin peut désormais préparer sereinement l’obtention du Label National Anti-gaspi pour valider et certifier ses efforts.